Coordonnées

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Baby horse and dog play
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Le Pogona vitticeps

Le Pogona vitticeps est un reptile originaire des régions désertiques de l’Australie. On l’appelle aussi l’agame barbu, le dragon barbu ou simplement le Pogona.

Morphologie et comportement

Le Pogona est un lézard trapu de 40-50 cm de long environ, la queue (non détachable, contrairement aux autres lézards) représentant la moitié de la longueur du corps. Sa tête est triangulaire. Ses flancs sont parcourus de rangées régulières d’écailles épineuses, qui ornent également sa tête. Il possède notamment un large collier de barbe épineuse qu’il déploie lorsqu’il se sent menacé. Un adulte pèse environ 400-450 g.

Sa couleur naturelle est beige à brun grisâtre, mais les Pogona élevés en captivité sont souvent des variétés mutantes, avec des nuances dorées, jaunes ou rouges.   

Le Pogona a un mode de vie diurne. Il est d’un tempérament curieux, calme et très facile à élever et à manipuler. Il peut être confié à des enfants (sous la surveillance d’un adulte) ou des terrariophiles débutants.

Il vit 4 à 10 ans en captivité.

Alimentation

Le Pogona est par nature omnivore. Vous devez donc lui proposer à la fois des végétaux (pissenlit, épinard, laitue…) et des animaux vivants (insectes ou petits vertébrés dont la taille sera adaptée à celle du lézard : souriceaux, grillons, sauterelles…). Toutefois, les besoins en protéines diminuent avec l’âge : les jeunes sont à 80% carnivores et les adultes à partir de 4 ans à 80% végétariens. La ration doit être complémentée avec des vitamines et du calcium ; ce dernier peut être remplacé par un os de seiche laissé à disposition dans le terrarium.

> Les jeunes de 2 à 12 mois sont nourris une fois par jour, les adultes de 1 à 4 ans une fois tous les 2 jours, les adultes de plus de 4 ans tous les 4 jours.

Il existe dans le commerce des granulés extrudés spécialement formulés pour les Pogona (juvéniles ou adultes), riches en protéines et en vitamines, sans colorant artificiel.

Reproduction

La maturité sexuelle est atteinte entre 1 et 2 ans. La reproduction est possible en captivité, à condition de respecter certaines règles. La mise à la reproduction doit être précédée d’une phase de repos de 2 mois (diminution de l’éclairage et de la température). L’accouplement est précédé d’une parade nuptiale. La ponte se produit 21 jours après l’accouplement. La femelle pond 10 à 30 œufs de forme ovale, blancs et d’environ 2 cm de long. Ces derniers sont enterrés dans le sable et abandonnés par la femelle. En captivité, vous devez les placer 2 mois en incubateur, jusqu’à l’éclosion. La mortalité des juvéniles est assez élevée jusqu’à l’âge de 2 mois.

Logement

Le Pogona vit dans un terrarium, idéalement en verre, dont les dimensions doivent être adaptées à l’âge des occupants  et à leur nombre: 60 x 40 x 40 cm (longueur x largeur x hauteur) pour un jeune jusqu’à 3-4 mois, 100 x 60 x 60 cm pour un adulte seul. Si 2 ou 3 animaux cohabitent, la longueur peut monter à 1,50 voire 1,80 m. Dans tous les cas, il faut prévoir une ventilation haute et basse pour assurer une bonne aération.   

Contrairement aux autres reptiles, le Pogona apprécie une certaine agitation. Le terrarium peut être installé dans une pièce de vie (salon…), mais à l’abri des rayons du soleil.

Vous placerez :

  • Une litière de sable au fond du terrarium. Des écorces de bois peuvent convenir, elles sont plus légères et moins chères, mais le Pogona risque d’en ingérer en capturant ses proies.
  • Une source de chaleur (si possible placée en hauteur) sous forme d’une lampe chauffante avec un thermostat. La température de jour est de 32-37°C au point chaud et de 27-30°C au point froid, et de 20-23°C la nuit pour l’ensemble du terrarium.
  • Une source de lumière. L’apport d’UVB étant indispensable à la synthèse du calcium, le plus simple est un éclairage qui apporte à la fois des UVA et des UVB (le tube doit être changé tous les ans pour rester efficace !). Un minuteur permet de respecter un cycle jour/nuit de 12/12 heures (14/10 en été).
  • Une branche ou une plateforme en hauteur pour que le reptile puisse se rapprocher de la source de chaleur. Vous pouvez reconstituer tout un décor « désertique » à l’aide de rochers, de faux cactus… Prévoyez des cachettes en écorces ou dans une brique creuse.
  • Une grosse pierre : le Pogona s’y frottera au moment de la mue.
  • Une gamelle d’eau assez grande pour que le Pogona puisse boire et se baigner, placée dans la zone froide. En effet, l’hygrométrie doit être assez basse, environ 40% : le Pogona est un animal désertique, une hygrométrie trop importante entraîne des problèmes de mycose ou d’infections bactériennes.

> Le Pogona est de nature placide. Vous pouvez facilement le sortir de son terrarium sans crainte qu’il ne s’échappe. En été, si la température extérieure est supérieure à 30°C, vous pouvez installer le Pogona dans un enclos (en prévoyant un abri pour qu’il puisse s’abriter du soleil).

L’entretien du terrarium consiste à changer l’eau et à enlever tous les jours les excréments et les aliments non consommés. Tous les 3 à 4 mois, le substrat est remplacé et le terrarium et les éléments de décors sont nettoyés à l’eau de Javel diluée.

Santé

Le Pogona est principalement sujet aux affections parasitaires (coccidiose, oxyurose) et aux affections métaboliques (dérèglement de la thyroïde…) ; elles sont souvent la conséquence de mauvaises conditions de vie.

Contrairement aux serpents, il n’est pas rare que la mue s’étale dans le temps et se fasse « par zones ». Une baisse d’activité et d’appétit est possible à cette période.

Pour différencier les mâles et les femelles…

Les mâles et les femelles sont différenciables à partir de l’âge d’un mois. Le mâle est plus grand, avec une tête plus large. Il présente des renflements à la base de la queue (ce sont les hémi-pénis) et plusieurs pores fémoraux à l’intérieur des cuisses (sécrétant une substance blanchâtre qui sert à marquer leur territoire).

Le Pogona vit très bien tout seul. La cohabitation entre 2 mâles est impossible, contrairement à celle entre 2 femelles. La cohabitation 1 mâle + 1 femelle nécessite que les animaux puissent être temporairement isolés pour que le mâle ne soit pas toujours après la femelle (pour éviter cela, on peut mettre ensemble 1 mâle et 2 ou 3 femelles). Si on choisit de ne prendre qu’un individu, il faut préférer un mâle afin d’éviter les problèmes de rétention folliculaire qui peuvent se produire sur une femelle isolée (les follicules non fécondés restent accrochés autour de chaque ovaire, comme une grappe de raisin).

Si l’on choisit d’héberger plusieurs spécimens, ils devront être de taille identique et il faudra veiller à ce que des relations de dominance ne s’installent pas : chaque animal doit pouvoir circuler et se nourrir librement.

Toute cohabitation avec une autre espèce est impossible.

Pour manipuler un Pogona…

La contention se fait soit en prenant le Pogona par le tiers antérieur du corps, soit posé sur la main, soit plaqué contre soi. Attention, même si le Pogona n’est pas agressif, il possède des griffes très solides qui peuvent faire mal…

Pour acheter un Pogona…

Le Pogona est protégé par la convention de Washington. Tous les spécimens vendus sur le marché proviennent d’élevage et sont nés en captivité (acheter un Pogona sauvage est donc un délit, et l’Australie ne plaisante pas avec l’exportation de sa faune sauvage !).

Un terrarium en verre tout équipé coûte environ 150 à 200 €, mais vous pouvez le fabriquer vous-même pour moins cher... Un Pogona adulte coûte environ 100 €, et un juvénile 30-50 €.