Coordonnées

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Baby horse and dog play
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Apprentissage de la propreté chez le chiot

Vous venez d’acquérir un chiot et souhaitez qu’il soit rapidement propre, voici quelques conseils pour y arriver.

Il faut tout d’abord savoir que les conditions de vie de la toute petite enfance jouent un rôle dans les capacités d’apprentissage de la propreté. Un chiot élevé en maison, ayant un accès à l’extérieur et vivant avec sa maman, va très rapidement apprendre à son contact, par mimétisme, à aller faire ses besoins dehors. En revanche, un chiot d’élevage, vivant en cage et y faisant ses besoins, n’aura pas pris les bonnes habitudes.

Votre chiot va apprendre à contrôler ses sphincters en grandissant : avant 10 semaines d’âge il est incapable d’être propre sur une grande période, en dehors de son panier.

IMPORTANT

Vous appréhendez de sortir votre chiot dans des lieux publics car il n’a pas reçu toutes ses injections vaccinales. Ceci est une vieille croyance non fondée !

En effet, si la mère de votre chiot est correctement vaccinée, elle lui a transmis par le lait des anticorps qui lui permettent de se défendre contre les maladies contre lesquelles on vaccine. Lorsque vous avez acquis votre chiot, après l’âge de 8 semaines, il est identifié et vacciné comme l’impose la loi. Il est donc protégé et vous pouvez le sortir.

Au-delà de l’apprentissage de la propreté, cette mise en contact avec l’environnement extérieur est primordiale pour son éducation et la connaissance de son milieu de vie.

MAIS

Votre chiot est un « bébé » au statut immunitaire fragile, il est donc conseillé d’avoir un comportement raisonnable et responsable vis-à-vis de ses contacts avec d’autres chiens et dans certains lieux. A cet égard, il faut éviter de le mettre en collectivité ou en contact avec des animaux dont on ne connait pas l’état de santé. Les lieux d’aisance canins sont également des bouillons de culture (parasites, virus et bactéries) qu’il faut éviter de faire fréquenter à des chiots. Egalement, les baignades dans les eaux stagnantes et sales sont déconseillées.

Les règles de l’apprentissage

Quel que soit le comportement à apprendre, il existe deux techniques :

  • La récompense : elle doit être donnée au moment de l’acte que l’on veut faire perdurer. Elle peut être alimentaire si le chiot est gourmand (croquette), affective (caresse) et vocale (félicitations orales). La récompense alimentaire doit progressivement être aléatoire et être remplacée par une caresse et une félicitation seules. La récompense est très efficace dans l’apprentissage, 10 fois plus que la punition !
  • La punition : elle doit être « éthologique », c'est-à-dire appartenir au répertoire comportemental du chien, immédiate et justifiée. Pour l’apprentissage de la propreté, on punit au moment où le chiot se met en position, avec une voix grave et sèche, en soulevant éventuellement le chiot doucement par la peau du cou (comme le ferait sa maman).

Nota : Dans les techniques d’apprentissage, il existe l’extinction qui consiste à ignorer le comportement que l’on veut faire disparaitre. Cette technique est utile par exemple pour apprendre à un chiot à ne pas quémander à table. La première fois qu’il quémande, il ne faut pas lui répondre et l’ignorer ; il retournera à son panier en comprenant que son comportement ne lui apporte rien. C’est également cette technique que l’on utilise instinctivement la première nuit après l’adoption au cours de laquelle le chiot va pleurer : si on ne répond pas à ses pleurs, il va cesser et se rendormir. Cette technique n’est pas applicable à l’apprentissage de la propreté.

CE QU’IL FAUT FAIRE

Lui apprendre à faire dehors.

  • Il faut sortir le chiot après chaque repas (nous rappelons qu’il est conseillé de donner au chiot 3 repas, après le vôtre, seul, en retirant la gamelle après 15-20 minutes, même si le chiot n’a pas fini). Emmenez-le toujours au même endroit pour faire ses besoins.
  • Il faut le féliciter, même de façon excessive (friandise, caresse) dès qu’il a émis quelque chose.
  • Ne rentrez pas tout de suite mais initiez un jeu ou continuez la promenade pour ne pas que le chiot associe « je fais pipi-je rentre ».

> En revanche, ne le laissez pas jouer tant qu’il n’a pas fait ses besoins, sinon il voudra ensuite sortir à tout bout de champ, ayant associé la sortie au jeu.

Le punir lorsqu’il fait à un endroit inapproprié.

  • Lorsque le chien se met en position, il faut le gronder (voix grave, forte et sèche « NON », mains sur les hanches), donner éventuellement une tape sur les fesses, le sortir immédiatement pour qu’il fasse ses besoins à un endroit approprié.
    > Ne criez pas (surtout les femmes), la voix aiguë est un appel au jeu !
  • Lorsque le chien a fait en votre absence : « pas vu, pas pris ! »
    > Mettre le chien dans une autre pièce pour ne pas qu’il vous voit nettoyer. La position à quatre pattes pour ramasser est un appel au jeu, le chiot peut croire que l’on joue avec ses crottes!!!
    > Vous avez l’impression en entrant dans la maison « qu’il sait qu’il a fait une bêtise »…. Erreur ! Son faciès triste et penaud à votre retour est simplement le reflet de votre visage fermé et coléreux qui cherche où il a ENCORE fait pipi !
  • Nettoyez les traces d’urine/fèces avec un produit désodorisant/désinfectant (ou vinaigre blanc) sans ammoniaque ni eau de javel, ce sont des odeurs que les chiens aiment et sur lesquelles ils reviennent faire pipi.

CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE

  • Ne mettez pas le nez du chien dans ses besoins : ça ne sert à rien. Le chien sniffe tous les pipis des copains, de sentir le sien n’a pas la valeur dégoûtante que l’humain pourrait lui attribuer. Lui montrer le pipi pour le gronder signifie pour le chien que le pipi n’est pas bien mais pas que l’endroit n’est pas bien !
  • Ne grondez pas votre chien s’il a fait en votre absence.

Quelques petites astuces

Le chiot doit être propre à l’âge de 4 mois, avec des petits retardataires jusqu’à l’âge de 6 mois. Les mâles auraient tendance à avoir plus de difficultés à apprendre la propreté.

Soyez indulgent et rapide le matin : les premiers temps, faites vite sortir votre chiot pour qu’il fasse pipi. Entre l’attente de la nuit et la joie de vous revoir le matin, il ne va pas pouvoir attendre que vous preniez le petit déjeuner avant de sortir !

Pour les propriétaires au sommeil léger, vous pouvez vous rendre compte que votre chiot gigote ou pleure au petit matin, si le courage est avec vous, vous pouvez le sortir, puis le remettre dans son panier et retourner vous coucher. Attention, il ne faut pas que le chiot croie que la journée commence, soyez assez peu expressif et ne répondez pas à ses demandes de jeu.

Pour faciliter l’apprentissage de la propreté la nuit, on peut utiliser, pour les chiens de petit gabarit, une cage de transport type « Varikenel » qui servira de « chambre ». En effet, le chiot sait naturellement qu’il ne faut pas faire ses besoins sur son lieu de couchage. Ce lieu ne doit pas être considéré comme une punition et doit être agrémenté comme un lieu de couchage douillet (couverture, panier). Prévoyez quand même une taille suffisante pour que le chien puisse se coucher au fond de la cage et laissez-lui une petite partie devant pour les accidents nocturnes ! Le soir au coucher, encouragez-le à retrouver sa « chambre ». Cette cage aura le double avantage à l’avenir de lui servir de chambre dans d’autres circonstances, si vous allez dormir chez des amis ou à l’hôtel par exemple.

Pour les propriétaires qui sont absents une très longue partie de la journée, il est possible d’apprendre au chiot à faire ses besoins dans une litière (soit litière à chat soit plateau recouvert de papier journal). En effet, comme le chiot ne pourra pas se retenir il est plus agréable de nettoyer un endroit dédié que de pister les pipis et crottes à son retour. Dans ce cas, il faut dès l’adoption du chiot prévoir cet endroit et lui apprendre pendant votre présence (ce n’est pas naturel comme chez le chat) : quand vous voyez le chiot pleurer, tourner en rond ou se mettre en position, il faut le porter jusqu’à sa litière et le féliciter lorsqu’il a fait. Progressivement, le chiot va de mieux en mieux se retenir et au bout de quelques semaines, lorsque vous rentrerez, il n’y aura plus rien dans la litière et vous pourrez la supprimer.

Dans certains cas réfractaires, on peut conseiller de retirer la gamelle d’eau la nuit, le chiot n’a pas besoin de boire. Considérant qu’il mange vers 20h, vous lui laissez la gamelle d’eau jusqu’à 21h, vous le sortez à 22 h pour faire ses derniers besoins et il doit pouvoir passer une bonne partie de la nuit avant que la vessie ne se remplisse.

Ne confondez pas ses besoins urinaires avec les quelques gouttes qu’il pourrait laisser échapper lors d’une émotion, joie de vous revoir par exemple ou sur le coup d’une remontrance. Ce comportement passera avec l’âge.

« Mon chiot va dehors, joue et rentre à la maison pour faire pipi » est une remarque fréquente ! Cela signifie que le chiot n’a pas compris l’endroit opportun d’élimination. Il faut alors prendre du temps avec lui dehors et le surveiller jusqu’à ce qu’il fasse ses besoins ; à ce moment-là félicitez-le !

Enfin, soyez conscient que pour cet apprentissage, comme pour toutes les autres règles que vous voudrez inculquer à votre compagnon, il vous faudra parfois beaucoup de patience. Cependant ce sont ces premières semaines de vie communes qui vont conditionner les belles années de vie suivantes.

Attention, quand le médical se mêle à la malpropreté…

La malpropreté du chiot ne doit pas être confondue avec une maladie comme une cystite (infection urinaire) qui pousse le chiot à faire de faible quantité d’urine très fréquemment. Cette maladie est souvent associée à d’autres signes comme un abattement, une diminution de l’appétit, une odeur forte de l’urine ou une modification de sa couleur. Dans ce cas consultez rapidement votre vétérinaire.

Mon chien était propre et il ne l’est plus…

  • Ceci peut également être le premier signe d’une infection urinaire.
  • Chez le chiot mâle, le marquage urinaire peut apparaître avec la puberté ou lorsqu’il se trouve en contact (ou s’il sent dans le voisinage !) des chiennes en chaleurs. La promiscuité de chiens peut également révéler ce comportement. Dans ces cas-là, la séquence est celle d’un marquage franc, avec patte levée haut et miction sur un support vertical (contrairement au chiot qui fait une flaque au milieu de la pièce).