Coordonnées

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Baby horse and dog play
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Apprendre les ordres simples à son chien

Les ordres simples sont ces petits mots systématiques auxquels nous voulons que notre chien obéisse : « assis », « non », « couché », « au pied », « à ta place », …

Pourquoi ?

L’apprentissage des ordres simples est la condition d’intégration de votre chiot dans la « meute-famille ». En effet, les ordres simples constituent des formes de politesse et de respect de l’humain qui permettent au chiot de ne pas devenir un « délinquant » canin.

  • Comme on apprend à un enfant à dire « s’il te plaît » et « merci », il faut apprendre au chiot certains gestes qui deviendront automatiques dans sa communication avec vous.

De plus, ces ordres sont l’occasion d’affirmer la position hiérarchique des maîtres afin que le chiot sente notre domination et soit parfaitement paisible avec son entourage.

  • Pour un équilibre familial, il faut que le chien soit dominé par ses maîtres. Ce terme ne signifie pas que nous maintenons une pression ardue sur notre chien à longueur de temps, il signifie que le chien a compris et accepté sa position de dominé dans la famille-meute.

Quand ?

Le plus tôt est le mieux.

Dès l’arrivée à la maison, il faut commencer à systématiser votre vocabulaire pour le chiot reconnaisse dès les premiers temps votre façon de communiquer.

Au cours de sa croissance, et de sa vie, il y aura des phases où le chien sera moins obéissant. Au moment de la puberté, les bouleversements hormonaux ont des répercussions comportementales et les chiots ont tendance à être moins obéissants ou à se rebeller. Soyez vigilant à cette période et réaffirmez-vous en ne lâchant pas la pression éducative.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire et vous pouvez tout à fait apprendre à un chien adulte certains ordres non acquis chiot. Il sera peut-être moins « malléable » et les séances devront parfois être plus souvent renouvelées mais vous y arriverez.

Ex : interdire l’accès à une pièce (chambre) après l’arrivée d’un enfant dans la famille.

Que peut-on apprendre au chien ?

La liste des apprentissages possibles d’un chien est quasi infinie. Le choix dépend simplement de vos envies. Les propriétaires sont parfois très ingénieux et persévérants pour les apprentissages :

  • Un maître a appris à son chien à n’accepter de la nourriture que lorsqu’elle était présentée de la main gauche.
  • Tous les spectacles de dressage nous montrent combien de choses un chien est capable d’apprendre.

En pratique, l’incontournable est le « assis » qui correspond au « s’il te plait » du chien. Il sera utilisé dans toutes les situations du quotidien :

  • Pour donner la gamelle.
  • Pour mettre la laisse.
  • Pour entrer dans la maison et essuyer les pattes après la promenade.
  • Pour monter sur les genoux quand les maîtres le souhaitent.
  • Pour entrer dans une pièce à l’accès d’habitude interdit.

De la même façon l’apprentissage du « non » fait partie des bonnes pratiques.

Comment ?

L’apprentissage répond à 2 principes :

  • La récompense d’un acte bien réalisé.
  • La punition d’un acte non ou mal réalisé ou d’un acte que l’on ne désire pas.

Qu’est-ce qu’une récompense de chien?

Pour le chien, une récompense est une marque d’affection verbale, tactile ou alimentaire. Les récompenses alimentaires fonctionnent très bien mais doivent être toujours associées à la caresse et au mot gentil pour pouvoir devenir aléatoires puis disparaître rapidement.

Qu’est ce qu’une punition ?

Pour le chien dans sa vie de famille, une des punitions éthologiques est l’isolement du groupe. Celle-ci peut être réalisée en envoyant le chien dans son panier (sans qu’il soit obligé de passer devant vous), ou en quittant vous-même la pièce et en ignorant votre chien. La punition quant à elle doit être systématique au regard du comportement que l’on veut faire disparaître.

Le chien qui a compris la punition adopte des signaux de soumission : oreilles basses, queue basse, marche membres pliés, voire se couche sur le flanc (un simple petit geste de la part du chien suffit).

Attention de ne pas « surpunir », c'est-à-dire d’obliger un chien à réaliser un acte que vous pensez juste alors qu’il a émis des signes de soumission (ex : continuer à crier sur le chien alors qu’il est dans son panier). Devant votre insistance et son incompréhension, il pourrait devenir agressif (par peur).

Il faut systématiser son vocabulaire (toujours le même mot pour le même ordre) et utiliser des mots brefs : non, assis, couché, panier,…  L’intonation doit être constante.

Pour apprendre un chiot à s’assoir, il faut mettre une main au niveau du « menton » et soulever la tête et une main sur l’arrière-train et le baisser (très délicatement, sans appuyer) en disant « assis », doucement et calmement. Si on ne fait qu’appuyer sur les fesses, le chien va faire le yoyo avec ses postérieurs et on ne pourra pas figer la position, de plus ce geste peut être traumatisant sur des hanches en croissance. On maintient la position quelques secondes et on relâche doucement en continuant de féliciter le chiot. Il apprend ainsi l’association du mot et de la position. S’il ne reste ne serait-ce qu’une seconde, il faut le récompenser.

Puis, on demande « assis » juste en soulevant la tête du chien et la position doit être maintenue plus longtemps.

Enfin on demande simplement « assis », en se mettant bien en face du chiot et l’ordre doit être acquis.

Une autre méthode consiste à utiliser une friandise (sans la donner). Pour apprendre le « assis », on met la friandise devant le nez du chiot et on lève la main au dessus de lui, il va lever la tête pour suivre la friandise des yeux et s’assoir spontanément. S’il essaie d’attraper la friandise, on dit « non » et on recommence. Dans la même idée, pour apprendre le « couché », une fois le chiot assis, on baisse la friandise au sol et on l’écarte du chiot en la ramenant vers soi, il va avoir tendance à mettre le museau au sol et à se coucher. S’il tente de se lever, on dit « non » et on recommence.

Il est possible également de valoriser un acte spontanément réalisé par le chien : on dit « assis » ou « couché » lorsque le chien est dans la position. Il associe alors naturellement le mot à sa posture. Ensuite, lorsque le mot est prononcé il comprend quelle attitude il doit adopter.

A chaque chiot et chaque maître sa méthode…

Chaque chiot a son caractère et ses capacités éducatives. Pour certains, l’apprentissage des ordres simples sera très rapide, pour d’autres, un peu plus turbulents, il faudra y consacrer un peu plus de temps et travailler sur le contrôle. Ce sera de toutes façons un travail quotidien, même de chaque instant, en douceur, justesse mais parfois fermeté mais qui deviendra machinal.

De même, chaque propriétaire a ses possibilités (physiquement, en temps et en envie) d’appliquer des règles éducatives.

Il n’y a donc pas UNE bonne technique d’apprentissage, mais LA technique qui convient au chiot et au propriétaire, à vous de tester et de trouver celle qui vous correspond.

Globalement, si la famille adhère au principe et applique ces règles simples, le chiot sait répondre à l’ordre « assis » en une quinzaine de jours.

A partir de là, tout peut être appris selon le même principe. Donc, à vous de jouer !